0

Patrimoine

7 rue de Bel Air - 35510 Cesson-Sévigné

Tél. : 06 85 38 93 60 |

Nous contacter

» » Le scandale des matières synthétiques, une pollution invisible
scandale, polyester recyclé, pollution, océans, microplastiques

Le scandale des matières synthétiques, une pollution invisible

Il y a quelques années, GreenPeace sortait un spot de sensibilisation sur la pollution plastique des océans intitulé « Ocean of the Future ». 

 

 

 

Des enfants en sortie scolaire y découvraient un gigantesque aquarium reproduisant des fonds marins vides de toute vie, de tout écosystème, mais empli de déchets plastiques.  Une vidéo glaçante… Et pourtant depuis, la situation ne cesse d'empirer. 

 

Chaque année ce sont 8 millions de tonnes de plastiques qui finissent dans nos océans. 


On recense 90 % d'oiseaux marins avec des fragments de déchets plastiques dans l'estomac. 😥
On estime que 80 % des déchets plastiques proviennent de la terre.
D’ici 2030, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41 % et la quantité accumulée dans l’océan pourrait doubler.

 

 

Or, saviez-vous que lorsque vous achetez des vêtements en matières synthétiques, au lavage, celles-ci libèrent des microparticules de plastique dans les eaux usées, qui finissent dans les océans et polluent encore plus que les sacs plastiques ? 

C’est la raison pour laquelle 60 % des micro-plastiques des mers et océans proviennent des vêtements que nous possédons…

 

Mais quelles sont exactement ces fibres synthétiques ? 
Il en existe plusieurs : 
* Polyester
* Polyamide
* Élasthanne
* Acrylique
* Polyester recyclé (qui génère également des microparticules de plastiques au lavage !)

 

L’inconvénient majeur de ces tissus synthétiques (en dehors du fait qu’il ne soient pas respirants, qu’ils peuvent causer des irritations et des dérèglements hormonaux), est qu’il sont fabriqués à base de pétrole !
La production des fibres synthétiques est donc émettrice de CO2 et a un impact écologique néfaste. 
Ainsi l’empreinte carbone d’un vêtement en polyester à un volume 2,5 fois plus important que celui du même vêtement en coton. 

 

Aujourd’hui pas moins de 70% des fibres synthétiques produites dans le monde proviennent du pétrole. C’est donc près de 70 millions de barils qui sont nécessaires à la production de 40 millions de tonnes de polyester chaque année. Voilà qui fait beaucoup de pétrochimie ! 
Sachant que l’industrie du pétrole repose sur une ressource limitée, les procédés de fabrication des matières synthétiques ne participent clairement pas à sa sauvegarde.
Pour 1 kg de polyester, il faut environ 1,5 kg de pétrole, soit 30% de pertes. Or au rythme où l’on va, on estime que le pétrole sera épuisé d’ici 54 ans. 

 

Après le cycle de fabrication du vêtement synthétique, déjà très polluant, il convient de prendre en compte le cycle de vie et d’usure de ce même vêtement. 


Les produits contenant des fibres synthétiques relâchent à chaque lavage des milliers de microparticules plastiques. Ces microparticules (moins de 5 millimètres de longueur et quelques micromètres de largeur) sont tellement fines qu’elles ne sont pas filtrées par les stations d’épuration et finissent donc dans les océans où leur impact est dévastateur pour la biodiversité.

Laver 5kg de linge en matières synthétiques, ce sont 6 millions de microfibres qui sont relâchés dans l'eau !

 

 

Ainsi, si nous ne changeons pas rapidement nos habitudes de consommation, il y aura bientôt plus de plastique que de poissons dans nos océans ! 😨

 

C’est pourquoi il est essentiel de privilégier des matières naturelles et si possible biologiques. 


Ces matières dites naturelles sont des matières issues de fibres naturelles ou animales comme le coton, le lin, le chanvre ou la laine.
Le coton par ailleurs, s’il ne rejette pas de plastique, est très gourmand en eau (plus de 5 000L d’eau pour produire 1 kg de coton).

Toutefois le coton biologique, lui, en nécessite beaucoup moins, plus de deux fois moins. Plus doux, il a l’avantage d’être anallergique et est cultivé sans OGM, pesticides, ni produits chimiques

 

Prêtez bien attention aux labels : La norme GOTS est une norme qui interdit toute utilisation de substance toxique aussi bien dans la culture du coton que dans l’impression du textile. En plus de ça, elle impose un respect des conditions de travail décentes.

 

➡Nous ne vous recommandons surtout pas de jeter toutes vos pièces synthétiques !

Les matières synthétiques restent intéressantes pour certains usages (maillots de bain, vêtements de sport, etc.).

Mais en attendant qu’elles disparaissent de nos armoires en dehors de ces usages, nous vous recommandons de réduire leur impact polluant en utilisant des sacs de lavage comme ceux de Guppyfriend par exemple, permettant de retenir les microparticules.

 

 

 

Pour aller plus loin :

https://www.wedressfair.fr/blog/c-est-quoi-le-probleme-des-fibres-synthetiques

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/ocean-microplastiques-nos-vetements-polluent-oceans-36375/

https://youmatter.world/fr/impact-environnemental-mode-fast-fashion-textile-pollution-environnement/